Lundi 3 janvier 2067 Alice, retour en voiture
Le retour des vacances de Noël laisse quelquefois songeur. On est là dans la voiture à se faire le film des dernières semaines, de l'année passée, de celle à venir…  Quand c’est couplé au départ d’un enfant de la maison comme dans ce chapitre. C’est la prise de conscience que nos enfants ont leur propre vie.  On peut ressentir le besoin de se recentrer. C'est l'occasion de prendre soin de soi. C’est l’occasion d’ouvrir les possibles. Je vous souhaite un bon voyage avec Alice.

Mon p’tit bonhomme est parti. Je n’arrête pas de regarder dans le rétroviseur et de me heurter à ce siège vide, entre Zoé et Jules. J’ai du mal à cacher mes larmes. Pourquoi les cacher ? Me demande souvent Aurélien quand je détourne mon visage pluvieux. Zoé dort. Jules joue avec ses legos techniques reçus à Noël. Les livres offerts par le père de Noël de Papi et Mamie l’ont mis mal à l’aise, on les a posés tout au fond du coffre. « Ça va le motiver, pour la lecture », ont pensé Léa et Julien. J’aimerais qu’ils ne nous stressent pas trop avec ça. Surtout qu’ils ne mettent pas la pression à Jules. C’est une autre époque… 

À peine Mathias avait disparu dans la zone d’embarquement du port, que Jules et Zoé se demandaient déjà ce qu’on allait faire de la chambre de Mathias, dans la maison. Un studio de son pour Zoé, une salle de jeux pour Jules, les idées fusaient, même Aurélien s’y est mis en imaginant un cabinet de curiosités géant, mais je n’avais pas le cœur à rire de tout cela.  Mathias s’était retourné et m'avait fait un signe de la main, j’ai cru deviner un : « je vous aime », sur ses lèvres. J’ai fondu en larmes. C’est bien la première fois qu’il exprimait cela du haut de ses quinze ans. J’ai pensé à son cœur qui devait battre fort, sur le pont du bateau, au sentiment de légèreté et de liberté quand il marcherait sur la passerelle. Vers l’inconnu. Je suis heureuse pour toi, mon grand et gonflée de fierté de te voir partir à l’aventure. Mais je te revois tout bébé dans mes bras, une image subliminale qui semble surgir d’hier. Le temps passe si vite. Ne crois pas que je veux te garder dans le nid pour toujours, mais te voir émanciper me fait prendre conscience du temps qui file, et de la vie qui passe… Si précieuse ! Aurélien ne parle pas, il conduit. Il sait que j’ai besoin de mâcher ma mélancolie pendant plusieurs centaines de kilomètres. Je suis contente que nous ayons pu nous arranger avec Garagagogo pour avoir un véhicule au retour. Cela m'aurait gêné de pleurer au milieu d’un wagon de train entier. Dans la bulle de l’habitacle, je me sens plus tranquille. Il pleut sur la vitre et sur mes joues, cela me soulage. Je vais laisser s’échapper cette tristesse dans notre sillage et quand nous arriverons à l’agora, je pourrais me projeter dans cette nouvelle année avec un cœur lavé… Et puis, comme Marianne me le répète depuis quelque temps, nos enfants sont des sources d’inspiration. Peut-être que Mathias va nous donner des envies d’exploration, à nous aussi. Déjà, nous allons accueillir son correspondant dans quelque temps, cela va nous faire voyager un peu…

Allez, salut l’Agora, on sera de retour vers 22 heures ce soir.

On passera voir Côme, le grand-père d’Aurélien, demain, on a hâte de savoir comment il a passé son premier Noël dans sa collocation avec ses amis. 

Photo de Lisa

Marie Fidel
3 janvier, 2022
Partager ce post
Archiver
Se connecter Pour laisser un commentaire
Dimanche 2 janvier 2067, Aurélien, départ en Apatriage à Vancouver
En 2067, voyager en cargo à voile est monnaie courante. Pour beaucoup de gens, le bateau a remplacé l’avion. On part en voyage plus longtemps et la croisière en bateau fait partie du voyage. Il y a quelques années, j'échangeais avec un copain qui commandait des navires à propos du réchauffement climatique et des cargos. Il avait justement repris ses études pour travailler sur un tel projet.  Voici deux projets pour relancer les cargos à voile. Le projet Alizés soutenu par le groupe Ariane pour le transport de la fusée Ariane 6 et le projet Néoline soutenu par Renault,